Une Licence Professionnelle au Lycée

Une Licence Professionnelle au Lycée

Depuis 2003, il est possible de préparer une Licence professionnelle « Économie de la Construction dans le Cadre Européen » au Lycée Claude Nicolas Ledoux, en partenariat avec l’Université de Marne-la-Vallée et l’University of Central Lancashire à Preston en Grande-Bretagne. Ces étudiants sont les « grands » de l’établissement. Nous les avons rencontrés…

Pourquoi un tel diplôme ?

La licence professionnelle est un diplôme de niveau Bac + 3, comptant aujourd’hui plus de 2000 spécialités et qui prouve son efficacité sur le marché de l’emploi. Mise en place en partenariat avec les entreprises et les branches professionnelles, cette licence est conçue dans un objectif d’insertion professionnelle directe. Elle répond aux engagements européens qui prévoient un cursus licence adapté aux exigences du marché du travail en Europe ainsi qu’à la demande de nouvelles qualifications, entre le niveau technicien supérieur et le niveau ingénieur-cadre supérieur. Ainsi, elle permet aux étudiants qui le souhaitent d’acquérir rapidement une qualification professionnelle répondant à des besoins et à des métiers clairement identifiés. Etant déjà dotés d’un Bac + 2, que ce soit un diplôme universitaire de technologie, ou bien un brevet de technicien supérieur, les étudiants n’ont plus qu’un an à passer sur les bancs de l’école, et, bien souvent, est proposée une formation en alternance.

Qu’est-ce qu’une licence professionnelle « Economie de la Construction dans le Cadre Européen » ?

Ce diplôme qui, généralement, intéresse des étudiants ayant obtenu un BTS Étude et Économie de la Construction,economiste_BTP un BTS Travaux Publics, un BTS Bâtiment ou encore un DUT Génie Civil, mais qui est ouvert à d’autres formations, prépare aux activités des Économistes de la Construction qui évaluent le prix de revient de la future construction et font en sorte, tout au long des travaux, que le budget soit bien respecté… En effet, avant de commencer un chantier, il faut chiffrer l’affaire !

Et pourquoi au lycée ?

Ce partenariat avec l’Université de Marne-la-Vallée est très logique dans un lycée spécialisé, depuis plusieurs décennies, dans le secteur du BTP. Ce diplôme fait suite au BTS EEC (Étude et Économie de la Construction), dont la formation est assurée dans l’établissement depuis presque 20 ans au côté du BTS Travaux Publics, du BTS Bâtiment et du BTS Géomètre Topographe. Cette qualification supplémentaire se devait d’être proposée ici.

Promotion 2014-2015

promotion_BTS_EEC_ebtp_2014-2015Cette année, ils sont 20 dans la classe, âgés de 20 à 49 ans, constituant un groupe actif, sympathique, soudé, malgré leurs différences générationnelles, leur formation préalable, leur lieu d’origine et même leur statut, puisque certains sont en formation initiale, et d’autres en alternance. 7 d’entre eux, que je remercie chaleureusement, ont eu la gentillesse de se libérer d’un emploi du temps très chargé pour dialoguer, se présenter et même poser pour quelques photos. Ils m’ont tout d’abord informée des matières enseignées en ce moment : 10 heures de Droit hebdomadaires, de l’Économie de la Construction approfondissant tout particulièrement la législation, de l’Économie d’entreprise, de la Culture Générale, du métré et de l’Informatique, de l’Anglais avec notamment la préparation du Toeic (test qui évalue les compétences en anglais utilisé dans le monde professionnel), et même une semaine d’immersion en langue anglaise avec l’intervention d’Universitaires de Preston ! D’autres cours, pilotés aussi par des professionnels, interviendront par cessions et stages intenses par la suite.

Jérôme, 24 ans, vient d’obtenir son BTS EEC et cette année scolaire est pour lui la dernière : après la classe de troisième, la seconde générale ne lui plaît pas, alors, il passe un BEP Techniques de l’Architecture et de l’Habitat, puis un Bac Professionnel du même nom avant d’intégrer un BTS EEC, diplôme qu’il obtient en 2014. C’est pour s’insérer de la meilleure façon dans le monde professionnel qu’il a décidé de passer sa Licence et pour clôturer, avec une « cerise sur le gâteau », ce beau parcours.

Yassine, lui, n’a que 22 ans et vient de passer son BTS EEC, mais en formation initiale, alors que Jérôme avait, dès ce moment-là, choisi l’alternance. La Licence est, selon lui, le meilleur et le plus court moyen d’accéder directement au monde du travail. Il est jeune mais souhaite intégrer une entreprise au plus vite.

Arva est une jeune fille de 21 ans, toujours souriante, qui a quitté Madagascar un Bac S en poche, et qui est détentrice d’un DUT Génie Civil. Elle a choisi la formation initiale mais aura tout de même un stage de 4 mois en milieu professionnel pour valider son diplôme, tout comme Yassine d’ailleurs.

Fabien, Emmanuelle et Mohammed ont quant à eux un statut différent fabien_eleves ebtppuisque, depuis plusieurs années, ils poursuivent des études pour des raisons de reconversion professionnelle, et cette année constitue la fin d’un cursus et d’une formation qui va leur permettre d’exercer leur nouveau métier.

Mohammed, 42 ans, était couvreur ; suite à un accident et un reclassement professionnel, il a passé son BTS EEC et se retrouve en Licence afin d’obtenir de meilleurs débouchés professionnels. Il me dit être surpris par le contenu des cours, notamment par les nombreuses séances de Droit, matière certes intéressante et indispensable, mais pas assez ludique, selon lui. Mais il se sent bien dans la classe, lui le quadragénaire expérimenté, qui profite pleinement de cette chance d’être en position d’apprenant.

Fabien a 38 ans, il est malouin, joyeux, toujours en mouvement et s’est raconté. Dans une autre vie, il était dans le génie climatique (c’est-à-dire que « sa spécialité, c’était les chaudières ! »). Suite à un accident, il reprend des études et passe en 2012 son BTS EEC. Il est en Licence pour acquérir une plus grande expérience ; il se sent bien au lycée même s’il côtoie plus volontiers les professeurs ou le personnel encadrant que les élèves qui fourmillent autour de lui dans les couloirs, car ils sont très jeunes! Il dit également adorer le cours de Culture Générale. Durant la formation, il passe 20 semaines dans un cabinet d’architectes et y est très heureux. Bref, tout va bien, comme on peut le remarquer sur la photo ! sauf les sièges qui manquent de confort…car quand on a été accidenté, on est plus fragile !!!

38 ans, c’est l’âge aussi d’Emmanuelle, qui vient du Grand Ouest et qui a repris des études dans le domaine du BTP il y a 5 ans, après un accident du travail et un bilan de compétences. Il est certain qu’après un Deug d’Allemand et une activité professionnelle dans le secteur du Sport, tout était à découvrir ! Alors, les diplômes ont été obtenus petit à petit : d’abord le BEP Techniques de l’Architecture et de l’Habitat, puis le Bac, ensuite le BTS (le même parcours que Jérôme) et, pour finir, cette ultime année de cours, avant de retrouver l’univers professionnel autrement qu’avec les contrats d’alternance. Elle est modeste, Emmanuelle, mais je la sens heureuse d’avoir parcouru tout ce chemin…et elle peut en être fière !

Pierre, 49 ans, est l’aîné de la promotion 2014-2015, le sage. Il le connaît bien ce milieu du BTP : une expérience de 15 ans en tant que chef de chantier ou bien conducteur de travaux, tantôt l’un, tantôt l’autre. Après avoir validé une équivalence du Baccalauréat, il a, à Toulouse, grâce au CFPCT, centre de formation permanente, obtenu un diplôme et un certificat de conducteur de travaux (représentant un Bac+2) et le voilà à Vincennes, dans les murs du lycée,afin d’acquérir plus de compétences parce qu’il a le projet de s’installer à son propre compte.

Telle est donc la configuration de cette classe de Licence Professionnelle année 2014-2015.
Des élèves pas comme les autres dans l’enceinte de l’établissement.
Des hommes, des femmes, arrivant, heureux, au terme de plusieurs années d’études, tous convaincus que le métier d’Économiste de la Construction est fait pour eux.
Tous différents, et pourtant si complices, s’épaulant et s’entraidant, sympathiques et ouverts, dotés du recul nécessaire pour appréhender l’école comme un lieu d’épanouissement et de savoir être.

Inscritpion 2018 lycée EBTP Ledoux
.page-id-7174 #div-1 { position:relative; margin-left: auto; margin-right: auto; width:1024px; } #rajouter { position:absolute; top: -1200px; left:-233px; width:200px; }